• En 1935, Tex Avery contacte Leon Schlesinger, patron des studios d'animation de la Warner Bros. Ce dernier l'engage pour diriger la troisième unité des studios. Son équipe d’animateurs est constituée de Chuck Jones, Bob Clampett, Bob Cannon, Virgil Ross et de Sidney Sutherland. L’équipe développait son propre style, à l’opposé des conventions imposées par Disney. L’équipe Avery travaille d’abord sur la production en noir et blanc des Studios, les Looney Tunes, avant de travailler sur la production en couleur « Technicolor » : les Merrie Melodies. Son premier cartoon Gold Diggers of '49, popularise Porky Pig, première mascotte du studio, dont les traits définitifs ont été dessinés par un de ses animateurs, Bob Clampett.

    En 1937, Porky's Duck Hunt introduit un nouveau personnage créé par Avery : Daffy Duck, un canard hors de contrôle bondissant fréquemment en criant « Hoo-hoo! hoo-hoo » d'une voix aiguë et accélérée assurée par Mel Blanc.

    On reconnaît à Avery d’avoir défini la personnalité de Bugs Bunny. Alors que les premières apparitions de Bugs Bunny sont plutôt semblables à celle de Daffy Duck, Avery établira la personnalité de Bugs Bunny dans le dessin animé A Wild Hare en 1940 où ce dernier est animé par Virgil Ross. Avery ne dirigea que trois autres dessins animés mettant en vedette le lapin. Le Bugs Bunny d'Avery est un lapin à l'attitude désinvolte, toujours maître de la situation et qui s’amuse aux dépens de son adversaire. A Wild Hare marque aussi le premier jumelage entre Bugs Bunny et Elmer Fudd, une recomposition d’un autre personnage des Looney Tunes, Egghead (en), créé également par Avery en 1937. C’est dans ce dessin animé que Bugs Bunny s’approche doucement d’un Elmer en train de « chasser le lapin » (hunting rabbits), et lui demande calmement, pour la première fois « Quoi de neuf, docteur !? » (What's up, doc!?). Devant les réactions positives du public à la nonchalance de Bugs Bunny dans des situations dangereuses, Avery fit de la phrase « Quoi de neuf, docteur ? » une part importante de la personnalité du lapin.

    L’association entre Avery et la Warner Bros prend fin en 1941 à la suite d'une dispute avec le producteur Leon Schlesinger au sujet du gag final dans The Heckling Hare en 1941. Dans la version originale imaginée par Avery, Bugs Bunny et le chien de chasse Willoughby le chien (créé par Avery et inspiré par le personnage de Lenny, l'un des deux héros du livre de John Steinbeck, Des souris et des hommes) devaient tomber trois fois d’une falaise. Selon l’historien Michaël Barrier[réf. nécessaire], le nœud du problème pour Schlesinger provenait d’une phrase prononcée par Bugs Bunny juste avant sa troisième chute. La scène montrait Bugs Bunny et le chien se tournant vers les spectateurs et Bugs déclarant : « Hold on to your hats, folks, here we go again! » (« Accrochez-vous à vos chapeaux les gars, on y retourne ! ») ; cette réplique évoquait un gag radiophonique de l'époque, gag à connotation sexuelle. Ne voulant pas associer Bugs Bunny avec ce genre de blague, Schlesinger, supposé être aux ordres même de Jack Warner, retira la scène de la troisième chute d'Avery sans en informer ce dernier. Devant ce fait accompli, Avery quitta les studios, laissant derrière lui deux cartoons inachevés qui seront complétés par Bob Clampett.

    Par la suite, Avery reste quelque temps à la Paramount Pictures où il réalise les trois films de la série Speaking of Animals dans lesquels de véritables animaux étaient pourvus de la parole, grâce à un procédé de doublage de son invention. Il avait, auparavant, proposé cette idée à Schlesinger qui l'avait refusée, une dispute s’était ensuivie et il avait, d'ailleurs, été suspendu pour deux mois.

     

     

     


    votre commentaire
  • Sa carrière dans l'animation commence en 1929 aux studios de Walter Lantz chez Universal, comme intervalliste, où il prend le surnom de Fred Avery. En 1930, il devient animateur et travaille essentiellement sur la série Oswald le lapin chanceux soit dans l'équipe de Walter Lantz, soit dans celle de Bill Nolan. Il en réalise même deux cartoons. C'est à cette époque qu'il rencontre une coloriste , Patricia Johnson, sa future épouse, et qu'il devient borgne en prenant dans l’œil une agrafe, lancée par un membre du groupe2. Certains ont spéculé sur le fait que le défaut de vision binoculaire d'Avery expliquerait son style unique et sa façon particulière de faire un dessin animé



     


    votre commentaire
  • Tex Avery

    Frederick Bean Avery, dit Tex Avery, né le 26 février 1908 à Taylor (Texas) et mort le 26 août 1980 à Burbank (Californie), est un réalisateur de films d'animations. Il est à l’origine du style farfelu des cartoons hollywoodiens des années 1940. Tex Avery a travaillé pour les studios Universal, Warner Bros. et Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), et est connu pour ses créations d'univers aux situations délirantes. Parmi ses personnages, on peut citeTex Avery naît le 26 février 1908 et passe son enfance dans sa ville natale de Taylor au Texas. Il commence à dessiner à l’âge de 13 ans en écrivant des bandes dessinées pour le journal de son lycée. Une phrase populaire à son école, « What's up, doc? » (« Quoi de neuf, docteur ? »), sera popularisée comme phrase principale de Bugs Bunny dans les années 1940.[

    À la fin de son adolescence, il part faire des études au Art Institute of Chicago où il se forme aux métiers de dessinateur et d'animateur. Il obtient son diplôme à la North Dallas High School (en) en 19261. Ne trouvant aucun emploi en tant que dessinateur de bandes dessinées, Avery se lance dans l’animation, pensant qu’il aurait le temps de travailler sur sa première bande dessinée, et s'installe en Californie.r Bugs Bunny, Daffy Duck, Droopy ou Casse-noisettes.

    Tex Avery


    votre commentaire
  • Yataca est une revue disparue de petit format de l'éditeur Aventures & Voyages qui a 254 numéros de juillet 1968 à août 1989.

    La revue commence en moyen format (14,5x21 cm) tout en couleurs pendant vingt numéros avant de passer en petit format noir et blanc. Les numéros en grand format relatent les aventures de Yataca enfant en Amazonie, tandis que les petits formats racontent ses aventures d'adulte en Afrique, (cela du numéro 21 et jusqu'au N°203). Les derniers numéros furent consacrés aux séries sportives d'origine anglaise.

    L'une des particularités de cette revue est d'avoir proposé en seconde histoire, au gré de ses 254 numéros, une grande variété de séries.


    votre commentaire
  • Whipii ! est une revue de bande dessinée publiée par Aventures et Voyages, éditeur de petits formats. Elle compte 109 numéros de juin 1957 à janvier 1987. Cette revue a commencé sous le titre de Dakota Spécial Panter Blak avant de s'appeler Whipee ! dès le no 2 et de devenir Whipii ! au no 27. Le no 1 est extrêmement rare à trouver, peut-être le fascicule Mon Journal le plus ardu à trouver.


    votre commentaire
  • Vick est une revue disparue de l'éditeur de petits formats Aventures & Voyages qui a 42 numéros d'octobre 1970 à avril 1977. Mensuel jusqu'au numéro 21, il passe à une diffusion trimestrielle par la suite.


    votre commentaire
  • Trophée est une revue disparue de l'éditeur de petit format Aventures & Voyages qui a 87 numéros de février 1971 à mai 1990.

    Au sommaire sont essentiellement des séries de sport d'origine britannique comme Romano, Hamish la foudre ou Mousie l'éclair.


    votre commentaire
  • Trophée est une revue disparue de l'éditeur de petit format Aventures & Voyages qui a 87 numéros de février 1971 à mai 1990.

    Au sommaire sont essentiellement des séries de sport d'origine britannique comme Romano, Hamish la foudre ou Mousie l'éclair.


    votre commentaire
  • Totem première série est une revue de l'éditeur de petit format Aventures & Voyages. 49 numéros en sont édités d'avril 1956 à mai 1960, avant que la revue Kris le Shérif la remplace.


    votre commentaire
  • Tipi est une revue disparue de l'éditeur de petit format Aventures & Voyages qui a 78 numéros de novembre 1967 à février 1987. Trimestriel de western de 228 pages du N°1 au 10, 164 pages du N°11 au 38 puis 132 jusqu'à la fin.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires